vendredi 2 mai 2014

Mirandolina au Cuvilliés: un florilège de jeunes talents

Photo: Wilfried Hösl
Les amateurs munichois n'ont aucun souci à se faire, la relève sera pleinement assurée par les jeunes talents de l'Opernstrudio qui ont donné ce mercredi la première de Mirandolina de Bohuslav Martinů au Théâtre Cuvilliés de Munich. Cette belle jeunesse fait montre de professionalisme et d'un enthousiasme très communicatif pour nous faire découvrir le seul opéra italien de  Martinů.

Et quelles découvertes! D'abord celle de cette musique d'un  Martinů qui combine les accents de la modernité avec des rappels des couleurs du monde sonore de Debussy et de la rythmique rossinienne, avec  au final des actes de beaux sextuors. La talentueuse réorchestration pour orchestre de chambre d'Anthony Fiumara et de Bart Visman rend hommage au maître tchèque. D'avoir confié la direction de l'orchestre à l'un des plus jeunes et des plus brillants chefs d'orchestre de notre temps, Alexander Prior, relève d'une belle logique de programmation: le jeune prodige britannique de 21 ans réalise un  travail de direction d'orchestre précis, fougeux et enjoué, en tout point admirable. Alors que son travail croule sous les applaudissements, il reste d'une modestie quasi timide et s'efface derrière un orchestre qu'un plateau élévateur fait tout entier remonter de la fosse.

Christian Stückl, qui préside à Munich aux destinées de l'excellent Volkstheater, exploite avec un bel enjouement  et quelques trouvailles les ressources de la commedia dell'arte avec des archétypes très théâtralisés, il donne une lecture traditionnelle du scénario, sans parvenir cependant à créer une cohérence psychologique pour le rôle-titre, travaillé à gros traits et en superficie. Il nous donne une Mirandolina très exotique et contemporaine  en situant l'action autour de la piscine bordée de palmiers d'un hôtel situé dans un paradis tropical, qui pourrait être Phuket, Ko Samui ou Pattaya. La belle italienne en est propriétaire ou gérante, Deianira et Ortensia des actrices très légères essayant de se faire passer pour des noblionnes pour mieux séduire les riches aristocrates descendus dans cet hôtel. Les jeux de séduction passent bien la rampe, mais on comprend mal le final avec un Fabrizio resté en retrait pendant tout l'opéra et qui s'avère en fin de compte le choix amoureux de la séduisante aubergiste. Rien n'y prépare, et ce n'est pas non plus ressenti comme un effet de surprise. Il y a là sans doute une faiblesse du livret que la mise en scène n'a pas su compenser, et qui n'est pas sans desservir le chanteur qui interprète Fabrizio. Mais la gaieté générale et la bonne humeur qui animent la mise en scène font oublier cette incongruité psychologique. Le recours à des couleurs provocantes et criardes, avec un jaune dominant, l'exagération exotique des costumes, l'emphase des caractères nous emportent loin d'une réalité concevable et nous rappellent qu'on joue ici une comédie, qu'on est là pour s'amuser, ce dont le public ne se prive d'ailleurs pas.

Les chanteurs et les chanteuses de l'Opernstudio ont mis avec enthousiasme tous leurs talents au service de  l'oeuvre . Mária Celeng porte avec un art de la scène consommé le rôle-titre, avec une capacité d'expressivité rare, elle incarne le rôle et occupe la scène avec une voix qui porte l'émotion et sait toucher, mais qui sait aussi dominer et devenir impérative. Andrea Borghini en Cavaliere donne la pleine mesure de son immense talent, en incarnant en véritable bête de scène un macho très goujat, sinon malotru. Un magnifique chanteur avec l'organe puissant d'un baryton sonore, qui exploite les ressources d'une voix extrêmement bien projetée. On sent un chanteur doté d'une grande ambition et qui aspire à enter dans la cour des tous grands, dont il a et la voix et le talent. Une carrière à suivre! Léonard Bernad ne convainc pas en Marchese, avec une basse pourtant chaleureuse, mais qui ne parvient pas à décoller du registre moyen, alors que son pendant, Joshua Stewart, est lumineux en Conte. Matthew Grills donne un Fabrizio très en retrait, son ténor manque d'éclat tout au long de la soirée avec un réveil soudain vers la fin de l'opéra. La Deianira de Rachael Wilson et l'Ortensia de Yulia Sokolik offrent de bons moments de divertissement théâtral.

Le public ravi a accueilli cette production avec des applaudissements aussi nourris que fervents.

Agenda:  les 2, 3, 9 et 11 mai, les 87, 10,11, 19 et 30 novembre et le 2 décembre 2014.
Réservations en ligne: cliquer ici, puis sur la date souhaitée.

Distribution

Mirandolina Mária Celeng (30.04.2014, 03.05.2014, 09.05.2014), Elsa Benoit (02.05.2014, 11.05.2014)
Cavaliere Andrea Borghini
Ortensia Yulia Sokolik
Deianira Rachael Wilson
Conte Joshua Stewart
Fabrizio Matthew Grills
Marchese Leonard Bernad (30.04.2014, 11.05.2014), Rafał Pawnuk (02.05.2014, 09.05.2014)
Servitore Petr Nekoranec

Opernstudio de l'Opéra d'Etat de Bavière
Orchestre d'Etat de Bavière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire